L’imam Al Albani sur le fait d’appeler ahl adh dhimmah : « citoyens »

Bismillah

L’imam Al Albani :

Nous ne cessons à notre époque d’entendre des prétentions sans aucun sens telles que la « fraternité en humanité ». Ceci est un terme qui détruit la fierté du muslim dans son cœur. Il ne reconnait pas ainsi le bienfait d’Allah sur lui en l’ayant fait muslim. Ainsi (dans cette parole), ce sont tous des êtres humains, tous frères. Ce sont des ruses et de la corruption. Celui qui se place sur un même plan que le kafir en disant : « le frère Untel » « nos frères les chrétiens »

Et il se peut que ça aille jusqu’à… en espérant que cela n’arrive pas, ô Allah épargne-nous cela, je crains qu’à une époque quelqu’un dise « nos frères les juifs » Ceci n’est pas impossible alors même que la « politique arabe » comme ils disent, appelle à égaliser ce sujet […]

Je dis donc que cette phrase fait partie des erreurs monumentales propagées par les auteurs, les conférenciers et exhortateurs. Lorsque l’un d’eux veut parler des droits de ahl adh dhimmah (ndt : les juifs, chrétiens et majous vivant sous autorité et protection d’un pays muslim), il les appelle à la place de « ahl adh dhimmah » : « citoyens » Et c’est un terme agréable (ndt : à entendre pour les juifs et les chrétiens), tout comme pour « la mère des perversités » (ndt : l’alcool) qu’ils ont appelé : « spiritueux ».

De la même façon, le terme « ahl adh dhimmah » a disparu de la culture islamique à notre époque pour être remplacé par « citoyens » sans faire de distinction (ndt : entre les muslims et les kuffars) : celui-ci est citoyen et celui-là aussi est citoyen.

Ils disent en parlant des droits de ahl adh dhimmah que le messager  a dit : « ils ont ce que nous avons (nos droits) et sur eux ce qui est sur nous (nos devoirs). » Je le dis clairement : ceci est un mensonge sur le messager d’Allah . Celui qui propage ceci avec un objectif, son affaire revient à Allah, l’important est que cette parole affiliée au messager et qu’il l’a dite au sujet de ahl adh dhimmah qui demeuraient kuffars, ceci est un mensonge sur lui. (ndt : voir as sahihah 304)

Mais la vérité est qu’il l’a dite au sujet de tous les kuffars, qu’ils soient juifs, nassara ou autres associateurs LORSQU’ILS entrent dans l’Islam, alors ils ont nos droits et nos devoirs.

Cette erreur découle d’une coupure de cette parole du hadith qui la contient. Ils l’ont alors propagée au sujet de ahl adh dhimmah alors que le messager ne l’a pas dite sur eux, et il est impossible qu’il puisse dire ceci alors qu’Allah dit :

(( أفنجعل المسلمين كالمجرمين ما لكم كيف تحكمون ))

Placerons-nous les muslims au niveau des criminels ? Qu’avez-vous ? Comment jugez-vous ?

Comment dites-vous sur les kuffars de ahl adh dhimmah qu’ils ont nos droits et nos devoirs ? Comment alors que nous savons que le muslim a des droits que n’a pas le dhimmi ? Comme le hadith « le muslim possède cinq droits sur le muslim » et dans une version « six » : « qu’il le salue (par le salam) lorsqu’il le croise… » Passes-tu le salam au dhimmi lorsque tu le croises ? Non. Et le messager dit : « Lorsque vous croisez les juifs et les nassara, ne leur dites pas le salam en premier, et ne leur laissez pas le passage. »

Je reconnais que ces hadiths sont tombés dans l’oubli compte tenu de la politique. La politique qui souhaite le rapprochement entre les muslims et les autres plus spécialement lorsque les muslims sont citoyens dans les pays des kuffars. Je ne considère aucunement que c’est une politique légiférée car lorsque nous voulons agir envers les kuffars d’une façon, nous mettons les muslims dans la difficulté par la même occasion. Donc celui qui arrive à faire correspondre les deux, c’est bien (ndt : l’application de ces hadiths sans que cela ne cause de tort aux muslims). Et s’il est inévitable de faire preuve de dureté, que la perte soit pour les kuffars et non les muslims.

Source : متفرقات للألباني-246 (http://alathar.net/home/esound/index.php?op=tadevi&id=9599&coid=164125)

Trad: Ayyub, dammaj-fr.com

Laisser un commentaire