Pas encore de commentaires

Règles concernant la salat de l’aïd

بــــــــــــــــــــــــــــــــــــــسم الله الرحمــــــــــــــــــــــــــــن الرحيـــــــــــــــــــــــــــــــــم

Règles concernant la salat de l’aïd

 

Allah تعالى a dit :

فصل لربك وانحر

{Accomplis la salât pour ton seigneur et sacrifie} [Al kawthar v.2]

Notre Cheikh Zâyid al Wassabi (حفظه الله) a dit : « Le sens voulu par la salat dans ce verset est la salat de l’aïd comme cela est évoqué dans les tafâsir ».
Tiré du livre : [الجامع لأحكام العيدين ص31]

Statut juridique de salat de l’aïd

 

L’imam Al Albâny (رحمه الله) a dit : ­« L’assiduité qu’avait le prophète (صلى الله عليه و سلم) dans l’accomplissement de la salat de l’aïd, tout comme son ordre avisé aux femmes de sortir à l’occasion de la fête de l’aïd, nous prouve clairement que la salat de l’aïd est une obligation et non une surérogation.

Et parmi les arguments qui appuient cet avis, est que si le jour de l’aïd coïncide avec le joumou’ah, la salat du joumou’a n’est plus obligatoire.

Ceci nous prouve bien que la salat de l’aïd est obligatoire, car l’obligation d’une chose ne peut être annulé que par (une obligation) semblable. »

Tirer du livre : [تمام المنة ص344]

Est-il permis de prier salât al aïd individuellement ?

Cheikh zâyid al Wassabi (حفظه الله) a dit : « L’imam Bokhari (رحمه الله) a évoqué dans son recueil [كتاب العيدين باب25] un chapitre indiquant que la salât de l’aïd s’accomplit en commun, excepté si le serviteur venait à la manquer, dans ce cas il lui incombe de prier la salat de l’aïd individuellement. Car Anas ibn Malîk (رضي الله عنه) lorsqu’il n’avait pas la possibilité d’assister à la salât de l’aïd dans son lieu de prière, il réunissait sa famille et la prier avec eux chez lui.

Tire du livre : [الجامع لأحكام العيدين ص35-40 ]

La description de la salât al aïd.

1re : S’orienter vers la qiblah

2e: Prononcer le takbir de l’ihrâm (le takbir de l’ouverture de la salat) en levant les mains.

Comme le prouve le hadith « Lorsque tu te lèves pour prier, fais biens tes ablutions, puis diriges toi vers la qiblah, ensuite prononces le takbir d’ouverture » [Rapporté par Mouslim].

3e : Prononcer l’invocation d’ouverture de la salat qui est une des constantes sunnah du prophète (صلى الله عليه و سلم) dans toutes ses salat.

4:

* Prononcer les takbirat propres à la salât de l’aïd, en élevant la voix, mais sans pour autant gêner son voisin.

L’imam Nawawi (رحمه الله) dit : « Notre communauté est unanime sur le fait qu’il est recommandé d’élever la voix au cours de ces takbirat. » (المجموع 5/24)

*Ces takbirat sont prononcés sans que les mains soient levées, car cela n’a pas été confirmé par la sunnah du prophète (صلى الله عليه و سلم), et la meilleure des guidées est la sienne.

* Aucune invocation doit être faite entre ces takbirats, car comme l’a évoqué l’imam ibn Qayyim (رحمه الله): « Si cela avait été une sunnah, elle nous serait parvenue. » (زاد المعاد 1/443)

* Ces takbirat sont au nombre de sept pour la 1re raka’ en incluant le takbir d’ouverture.

Le prophète (صلى الله عليه و سلم) dit : « Les takbirat sont au nombre de sept dans la première raka’ et au nombre de cinq dans la seconde. » [Rapporté par Abou Dâwoud (1151)]

Il est rapporté d’Ibn A’bbâs (رضي الله عنه) qu’il prononçait dans la première raka’ de la salat de l’aïd, sept takbirat comprenant le takbir d’ouverture. [ابن أبي شيبة 1/494]

*Ces takbirat sont surérogatoires et non une obligation, il n’y a aucune divergence entre les savants à ce sujet, comme l’a évoqué l’imam Ibn Qoudâmah (رحمه الله)[المغني 2/383]

5e : L’évocation de la demande de refuge et la lecture de la Fatiha.

6e : Il est recommandé de faire suivre à la lecture de la Fatiha dans la 1ère raka’ la sourate « Qâf » ou la sourate « Al A’la » [rapporté par Mouslim (891) &(878)]

7: Dans la seconde raka’, cinq takbirat sont prononcés à l’inclusion du takbir qui est prononcé au moment où l’on se lève pour la deuxième raka’.

8: Il est recommandé de lire après la demande de refuge et de la Fatiha, sourate « Al Qamar » pour celui qui aura lu la sourate « Qâf » dans la première raka’ ou la sourate « Al Ghâchiyah » pour celui qui aura lu la sourate « Al A’lâ » dans la première raka’. [Rapporté par Mouslim (891) &(878)]

Tiré des livres [الجامع لأحكام العيدين ص150-179 ] et [فتح العلام 2/185-218]

Quant est-ce que débute la salat de l’aïd et quand est ce qu’elle s’achève ?

L’imam ibn al Qattân (رحمه الله) a dit : « Le temps de la salat de l’aïd débute au moment où il est permis de prier salât dohâ et s’achève au moment où le soleil atteint son zénith, il n’y a aucune divergence entre les savants à ce sujet. » [الإقناع 2/538]

Qu’en est-il si la salat de l’aïd tombe un vendredi ?

Selon Nou’man ibn Bachir (رضي الله عنه) : « Le prophète (صلى الله عليه و سلم) a lu dans un même jour « Al a’lâ » et « Al ghâchiyah » dans les salat de l’aïd et le joumoua’ » [Rapporté par Mouslim (878)]

Ibn A’bbass (رضي الله عنه) dit : « Fait partit de la sunnah de délaisser la salat du joumoua’ lorsqu’elle tombe un jour de l’aïd ». [Rapporté par Abu dawud (1058) Authentifié par cheikh moqbel]

Ces deux hadiths nous prouvent qu’il est fait parti de la sunnah de délaisser le joumoua’ ou d’y assister lorsque l’aïd tombe un joumoua’.

C’est avis est celui d’in ‘Omar, ibn A’bbass, Ibn masou’d, ‘Othman, et Ibn zoubayr (رضي الله عنهم).

Quelle est le jugement du sermon de l’aïd ?

L’imam Chawkâni (رحمه اللهa dit : « Les savants sont unanimes que le sermon de l’aïd n’est pas obligatoire, je n’ai pas la connaissance qu’un savant l’a obligé. » [نيل الأوتار 1299]

L’imam Chafi’ (رحمه اللهa dit : « Je recommande à ceux qui assistent au sermon de l’aïd de ne pas s’en aller jusqu’à ce que l’imam termine sa prêche. » [الأم 1/273]

L’imam Ahmed a dit (رحمه الله) : « Pour qui donc l’imam prêche si personne n’assiste ?!! » [الفتح لابن رجب 1/49ٍ]  

Est-il obligatoire de préserver le silence durant le sermon de l’aïd comme c’est le cas pour celui du vendredi ?

Cheikh Al ‘Othaymin (رحمه الله) a dit : « Il n’est pas obligatoire de garder le silence au courant du sermon de l’aïd, car si cela avait été le cas, assister au prêche aurait été une obligation, et il n’aurait pas été permis de s’en aller avant que le prêche se termine, mais comme ceci n’est pas le cas, alors garder le silence n’est pas une obligation. Mais cela ne veut pas dire qu’il est permis de nuire aux personnes présentent attentives au sermon de l’aïd, car cela est défendu, non pas parce qu’on doit garder le silence, mais parce que nuire à son prochain est strictement défendu… ». [الممتع 5/147]    

سبحــان الله وبحمدك لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

Traduit par Abdallah l’ivoirien.
Dammaj-fr.com

Publier un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.