Pas encore de commentaires

Ô Allah ! Accorde nous d’être parmi ces gens que tu as cités dans Ton Livre

بسم الله الرحمن الرحيم

Allah سبحانه و تعالى dit dans Son Livre :

 

إِنَّ الَّذِينَ آَمَنُوا وَالَّذِينَ هَاجَرُوا وَجَاهَدُوا فِي سَبِيلِ اللَّهِ أُولَئِكَ يَرْجُونَ رَحْمَةَ اللَّهِ وَاللَّهُ غَفُورٌ رَحِيمٌ

Certes, ceux qui ont cru, émigré et lutté dans le sentier d’Allah, Ceux-là espèrent la miséricorde d’Allah. Et Allah est Pardonneur et Tout Miséricordieux. (La vache 218).

 

L’imâm ‘Abderrahmân Ibn Nâsir al Sa’dy رحمه الله dans son tafsîr à propos de ce verset :

Ces trois actes sont l’emblème du bonheur et le point de pivot de l’esprit de culte. Ils sont le moyen de connaitre le bénéfice gagné ou le déficit endossé par l’homme.

1-En ce qui concerne la foi, nul besoin d’interroger sur son mérite. Comment questionner à propos d’une chose représentant la distinction entre les gens de la réussite et les gens du malheur. Entre les gens du paradis et les gens du feu. Elle est ce dont par quoi les actes de bien du serviteur sont acceptés, mais s’il s’en voit démuni, ni dépense, ni justice, ni obligation ni acte surérogatoire ne lui sont acceptés.

2-Et quant à la hijrah, elle est une rupture d’avec l’aimé pour obtenir l’agreement d’Allah. Le muhâjir délaisse son pays, ses biens, sa famille et ses amis proches en vue de se rapprocher d’Allah et pour secourir Sa religion.

3-Et quant au jihâd, il représente une dépense des efforts dans le combat face aux ennemis. L’investissement complet dans le secours de la religion d’Allah et dans l’éradication de la religion de Shaytâne. Il est le summum des œuvres pieuses. Sa rétribution est la meilleure (à obtenir). Il est la plus grande cause d’élargissement de la sphère de l’islam, la plus grande cause d’abandon des idolâtres, la plus grande cause pour (établir) la sécurité pour les muslims, pour leurs propres personnes, leurs biens et leurs enfants.

Celui qui accomplit ces trois œuvres, avec ce qu’elles comportent, sera certainement plus ferme et plus complet dans les autres (œuvres).

En réalité, ils sont ceux qui espèrent la miséricorde d’Allah car ils ont accompli la cause débouchant à la Miséricorde d’Allah. Cela est une preuve que l’espoir ne que le fruit des causes menant à la félicité.

Quant à l’espoir découlant de la paresse, et le délaissement des causes, il ne s’agit là que d’un espoir vain, d’incapacité et d’illusion. Cela démontre la faiblesse de motivation de la personne et son manque de sagacité au même titre que celui qui souhaiterai avoir des enfants sans mariage ou une moisson et une semence sans arrosage.

Et dans Sa Parole :

أُولَئِكَ يَرْجُونَ رَحْمَةَ اللَّهِ

Ceux-là espèrent la miséricorde d’Allah 

Cela indique que quelque soient les œuvres accomplies par le serviteur, il ne convient pas qu’il se base dessus, mais plutôt qu’il espère la Miséricorde de Son Seigneur. Qu’il espère qu’elles soient acceptées et que ses péchés lui soient absous ainsi que la dissimulation de ses tares.

C’est pour cela qu’Il dit :

وَاللَّهُ غَفُورٌ

Et Allah est Pardonneur 

C’est-à-dire pour qui se repent sincèrement.

رَحِيمٌ

Tout Miséricordieux 

Sa Miséricorde dépasse toute chose et que Sa Présence et Sa Bienfaisance englobe tout être vivant. Cela est une preuve que celui qui accomplit ces œuvres citées, obtient Le Pardon d’Allah, car les bonnes actions effacent les mauvaises, et qu’il obtient La Miséricorde d’Allah.

S’il obtient le pardon, il sera épargné des pénitences de ce bas monde et de l’au-delà. Celles qui ne sont que les conséquences des péchés. Ces derniers qui (lui) ont déjà été pardonnés et dont les effets néfastes se sont dissous. Et s’il obtient la miséricorde, il lui sera accordé tout le bien dans ce bas monde et dans l’au-delà. Voire même que leurs œuvres, précédemment citées, font partie de la Miséricorde d’Allah pour eux. Que s’Il ne leur avait pas accordé la réussite, ils ne les auraient pas voulu (ces œuvres). Que s’Il ne les avait pas rendus aptes à les faire, ils n’auraient pas été en mesure de les accomplir. Si ce n’avait été Sa Bienfaisance, Il ne leur aurait pas parachevé, ni Il n’aurait accepté d’eux. C’est donc à Lui que revient tout le mérite du début à la fin. Il est celui qui a accordé Sa faveur par la cause et à celui qui la prend. Fin de citation…

Traduit par Abou Taymiyah Khalîl al Martinîky

dammaj-fr.com

Publier un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.