L’institut de Dammâj se désavoue des attentats, des terroristes et des Khawârij

L’institut de Dammâj se désavoue des attentats, des terroristes et des Khawârijs

Shaikh Yahyâ Al-Hajûrî – qu’Allah le préserve –

Article du 29/11/2010

Bismillah   Certains parlant à tort sur l’institut de Dammâj, nous poursuivons notre tour d’horizon afin de voir la réelle position de ce centre, que ce soit concernant les égarés d’Al-Qaïda, le sanguinaire Oussama Ben Laden ou les attentats suicides.

(Voir : http://dammaj.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=171:le-centre-de-dammaj-est-innocent-du-groupe-egare-al-qaida-&catid=8:centre&Itemid=17

Et : http://dammaj.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=179:legare-oussama-ben-laden–smuqbilsyahya&catid=8:centre&Itemid=17 )

   Car, malheureusement, voici des extraits d’articles de presse où l’on tente de faire passer Dammâj pour un institut dont « Les étudiants représentent un danger potentiel » (le Figaro),  un centre de recrutement qui peut se lancer « dans un djihad planétaire contre les pays occidentaux »(Paris-Match).

Extraits :

  • ·         Ces écoles coraniques surveillées par la DGSE

JEAN CHICHIZOLA
15/10/2007 | Mise à jour : 01:11

 

La DGSE précise que, « pour la plupart » des Français, le Yémen n’est « qu’une étape dans leur apprentissage du salafisme ». « Il est néanmoins à craindre que pour une minorité, ces séjours au sein de centres islamiques ne constituent qu’un relais vers le djihad armé, en Irak, voire en Afghanistan. » « Les étudiants de Dar el-Hadith , conclut la note, représentent un danger potentiel, tant dans l’éventualité d’un retour en France que dans celle d’un départ pour des théâtres de guerre au nom du djihad ».

 

actu-match | Mardi 2 Mars 2010

Le Yémen, nouvelle base pour Al Qaïda

Patrick Forestier – Paris Match

« Parmi les étudiants en religion tolérés par le gouvernement se trouvent des Occidentaux. « Dans le Nord, ils sont environ 200 dans le centre islamique de Dammaj. Parmi eux, des Français », me confie un diplomate. Ils sont concentrés dans cette fameuse école bâtie en pleine zone des combats, au nord de Saada. Déjà, en 2008, les rebelles chiites avaient attaqué l’établissement. Un étudiant islamique français et un autre, britannique, avaient été tués. En réalité, cette école coranique serait devenue un centre de recrutement pour ceux qui veulent mener le djihad contre les rebelles chiites du Yémen que l’armée n’arrive pas à mater. Mais comment savoir si ces fous de Dieu ne se lancent pas en même temps dans un djihad planétaire contre les pays occidentaux ? »

Il est à noter que les dérives qui peuvent se produire sont justement dues, en grande partie, à l’ignorance. Car celui qui apprend l’Islam authentique découvrira que ces actes sont totalement désavoués par les musulmans suivant le Coran et la sunnah selon la compréhension des pieux prédécesseurs (Salafs Salih), en un mot les salafis – ceux qui sont appelés par la presse « salafistes », cette appellation que nous n’agréons pas, avec un « iste » à la fin pour mieux rimer avec extrémiste, terroriste…. Alors que les salafis en sont les plus éloignés !!!

Apprendre est, en réalité, dans l’intérêt de tous. Il faut bien comprendre cela et le faire savoir. C’est plutôt l’ignorance qui peut causer des dégâts.

Que les gens cessent, donc, de parler par injustice. Allah n’aime point l’injustice. (Voir : http://dammaj.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=152:linjustice-syahya-s-ibn-uthaymin-&catid=39:comportement&Itemid=34 )

Il faut être juste dans toute chose et ne dire que la vérité. Et quiconque dévie, ne représente que lui-même, qu’il soit hizbi, jihadi, innovateur ou tout autre. Et Shaikh Yahya n’hésite pas à se désavouer et à condamner tout ce qui est contraire au Coran et à la Sunnah, tels ces actes sordides.

Et, malheureusement, certains dits « prédicateurs » reprennent des propos semblables et lancent d’ignobles et inacceptables accusations.  

Extrait du livre « La condamnation des adeptes des attentats et des soulèvements » de notre Shaikh, Yahya Al-Hajûrî – qu’Allah le préserve –

Suite aux attentats survenus au Maroc, en Algérie et en Egypte en 1428H (2007), certaines questions provenant du Maroc ont été posées à notre Shaikh, Yahya Al-Hajûrî – qu’Allah le préserve -. Parmi celles-ci :

« Quel est le jugement concernant ces attentats ? Quelle est la position de la Da’wa Salafiyyah vis-à-vis de ces attentats ? Et quelles sont les causes menant aux attentats ? »

La réponse de Shaikh fut : 

« Louange à Allah, nous Le louons, implorons Son aide et Son pardon. J’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah, Unique et sans associé, et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et messager, qu’Allah le couvre d’abondantes éloges ainsi que sa famille. Ceci étant :

La réponse est que ces attentats arrivés inopinément dans plusieurs pays muslims, nous en avons parlé dans une cassette intitulée « La déclaration de la condamnation de ceux qui appellent aux attentats ». Mais vu que nos nobles frères – qu’Allah les préserve – souhaitaient avoir un nouveau conseil et un éclaircissement  résumé du jugement de cette question en raison des faits qui le nécessitent, (je dis alors que : )

Les attentats précités, qu’ils soient perpétrés au milieu des muslims ou au sein des mécréants, n’émanent en aucune façon des muslims élevés et éduqués par le Coran et la Sunnah de Son Messager (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم). Ils ne proviennent que de personnes suivant leur fougue (Hamâsiyyûn). Je signifie par le terme Hamâsiyyûn ceux qui ont été éduqués au sein des Hizbis qui ne leur ont pas inculqué et appris l’interdiction de ces actes selon ce que les preuves indiquent.

C’est à cause de cela que certains d’eux considèrent qu’ils meurent martyrs dans le sentier d’Allah, selon ce qu’ils prétendent. D’autres voient cela comme de l’héroïsme, et d’autres comme un moyen de l’emporter contre les mécréants et ils s’imaginent ainsi faire le bien.

Or, en réalité, ils font couler le sang sans aucun droit. Il se peut même que ce soit celui d’un muslim. Or, le Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) a dit : « Le muslim est, pour le muslim, entièrement sacré : son sang, ses biens et son honneur. » (Rapporté par Muslim d’après Abû Hurayrah)

Et le Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) a dit : « Le croyant est largement en pleine religion tant qu’il n’a pas versé de sang interdit. » (Rapporté par Al-Bukhârî d’après Ibn ‘Umar)

Combien de preuves trouvons-nous indiquant que le sang des muslims est sacré, tel le hadîth : « Il n’est permis de verser le sang d’une personne attestant qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah (Lâ ilâha illa Allah) que si elle commet l’une des trois choses suivantes : forniquer après s’être marié, commettre un meurtre ou apostasier en délaissant la communauté. » (Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim d’après Ibn Mas’ûd)

Et Ibn ‘Umar a dit un jour en regardant la Ka’bah : « Toi et ton caractère sacré sont importants !! Et le croyant occupe une place encore plus sacrée auprès d’Allah que toi. » (Rapporté par At-Tirmidhî)

Il se peut également qu’ils touchent parmi les mécréants une femme ou un enfant. Or, le Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) a interdit de tuer les femmes et les enfants, même en tant de guerre. D’ailleurs, lorsque le Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) vit une femme morte pendant la guerre, il dit : «Celle-ci n’avait pas à se faire tuer. » Et dans les deux recueils authentiques : « Le Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) a interdit de tuer les femmes et les enfants. » (Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim d’après Ibn ‘Umar)

Sauf dans le cas où ce vieillard ou cette femme font partie des combattants. Quant à la parole du Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) : « Ils font partie des leurs » et le hadîth de As-Sa’b Ibn Jathâmah, il ne s’agit pas de les viser particulièrement. C’est plutôt dans le cas où les muslims combattent les mécréants et qu’ils ne peuvent parvenir à leurs fins qu’en les tuant tous. Il est alors permis de tuer ceux qui luttent, même si cela peut toucher des femmes et des enfants. Mais ils ne doivent pas être intentionnellement visés.

Et il se peut que (les adeptes des attentats) tuent des mécréants haineux. Le résultat se solde alors par des représailles désastreuses qui touchent tous les pays muslims, en les accablant et les maltraitant dans les ambassades, les relations économiques et voire même dans leur culte en les oppressant vu leur puissance. S’ils tuent une touriste qui n’a aucune importance, ou un mécréant qui ne pèse même pas auprès d’Allah le poids d’une aile d’un moustique, alors les mécréants se vengent contre les muslims en les tourmentant. Et si ces imbéciles (de terroristes) font exploser une petite maison ou un bus, ils exigeront en échange des sommes permettant de subvenir au besoin d’un peuple et les accableront en imposant des directives et des lois contre eux sous prétexte qu’ils abritent des terroristes comme ils disent. Et il ne faut pas être inattentif à une chose qui est que les mécréants peuvent pousser ces égarés de terroristes à commettre délibérément un attentat. Nous avons d’ailleurs été informés qu’en Angleterre un attentat allait être perpétré tel ou tel jour et qu’il fallait donc prendre garde à ce que préparent les terroristes à tel endroit. Et cela s’est produit comme prévu. C’est comme s’ils les avaient envoyés pour commettre ces opérations afin d’en tirer profit pour pouvoir attaquer les muslims de plusieurs côtés.

Il se peut même qu’il se fasse lui-même exploser. Or, le Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) a dit au sujet de l’homme qui s’était suicidé : « Il est dans le Feu ». Le hadîth a été rapporté par plusieurs Compagnons, entre autre Sahl Ibn Sa’d As-Sâ’idî qui dit que : 

« Le Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّمrencontra des polythéistes et le combat s’engagea. Le combat terminé, le Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) se retira vers son campement, et l’ennemi se retirait de même. Un homme d’entre les Compagnons du Messager d’Allah ne voulut laisser parmi les polythéistes ni groupe isolé ni personne seule sans les poursuivre et les frapper de son sabre. On dit alors: « Pas un de nous aujourd’hui n’a mérité la récompense qu’a mérité un tel ». – « Pourtant, cet homme ira en Enfer », dit le Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) – « Moi, s’écria un des fidèles, je veux suivre de près cet homme ». Et il l’accompagna, s’arrêtant quand l’autre s’arrêtait, courant quand l’autre courait. Or voilà que l’homme fut blessé grièvement; il hâta sa mort en plaçant le dos du tranchant de son sabre sur le sol, et la partie tranchante au centre de sa poitrine, il s’est ensuite pressé dessus et s’est tué. L’autre homme revint alors vers le Messager d’Allah (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) et lui dit : « Je témoigne que tu es le Messager d’Allah. – « Pourquoi cette déclaration? » demanda le Prophète. – « Parce que, répondit-il, tu avais dit tout à l’heure que cet homme irait en Enfer. Or ces paroles avaient paru énormes pour les fidèles, et alors je me suis dit que j’irais m’assurer en leur nom de ce qui arriverait. Je suis donc sorti pour suivre cet homme. Or, il avait reçu une grave blessure, et alors a devancé le terme du trépas, ayant placé la partie non tranchante de la lame de son sabre à terre, et la partie tranchante au centre de sa poitrine; il s’est ensuite pressé dessus et s’est tué ». En entendant cela, le Messager d’Allah dit : Il peut y avoir quelqu’un qui, aux yeux de la foule, fait des actes qui méritent le Paradis, alors qu’en réalité il fait partie des gens de l’Enfer; de même il peut y avoir quelqu’un qui fait des actes qui méritent l’Enfer, alors qu’en réalité il fait partie des gens du Paradis. »  (Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim)       

Et le Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) a dit : « Celui qui se tue avec un morceau de fer tiendra ce fer dans sa main et le plantera dans son ventre dans le feu de l’Enfer où il demeurera éternellement. Celui qui a avalé du poison pour se tuer en absorbera dans le feu de l’Enfer où il demeurera éternellement. Celui qui se jette d’une montagne pour se tuer chutera dans le feu de l’Enfer où il demeurera éternellement. » (Rapporté par Muslim d’après Abû Hurayrah)      

Il faut donc prendre garde aux appels fougueux des hizbis qui poussent les gens fanatiques et impétueux à commettre ces actes périlleux.

Quant à la position des Ahl As-Sunna de partout, dans tous les pays muslims, quant à ces actes est ce que vous avez entendu : Louange à Allah, tu ne trouves pas de salafis qui considèrent les infractions au Livre et à la sunnah comme étant un acte bienfaisant et une pratique religieuse. Or, ces attentats sont des infractions au Livre et à la sunnah, ils ne sont  donc ni actes bienfaisants ni pratiques religieuses. C’est plutôt une erreur totale.

Quant à sa question : «Et quelles sont les causes menant aux attentats ? »

 Ce sont les idéologies comme cité auparavant. Ces terroristes ont été formés par des gens à l’esprit Takfirî.

Ils ont des idées Khârijis qui leur font voir la société sous cet aspect : celui qui se fait tuer se fait tuer, et celui qui échappe est épargné. En effet, certains d’eux considèrent les dirigeants muslims – bien que commettant des péchés – de pays muslims, comme étant mécréants. Cela est bien connu d’eux. Et ils disent que celui qui obéit à ces dirigeants leur obéit dans le Shirk. Or, Allah dit :

وَإِنْ أَطَعْتُمُوهُمْ إِنَّكُمْ لَمُشْرِكُونَ

« Si vous leur obéissez, vous deviendrez certes des associateurs. » (Al-An’âm, v.121)

    Cela signifie selon eux qu’ils sont mécréants. Or le sang des mécréants est licite. Mais en vérité cela est de l’emballement, de l’injustice, de l’iniquité et de la transgression car Allah dit :

وَلَا تَكْسِبُ كُلُّ نَفْسٍ إِلَّا عَلَيْهَا

« Chacun n’acquiert [le mal] qu’à son détriment. » (Al-An’âm, v.164)

Parmi les causes également : la mauvaise éducation et le manque d’importance accordés dans de nombreux pays muslims à répandre le Livre et la Sunnah, propager les sciences de la religion et faire l’éloge des hommes de science. Par Allah ! Vous ne trouverez pas de pays où la science bénéfique – celle du Livre et de la Sunnah de Son Messager (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) –  se propage sans que le bien ne se déculpe et que le mal ne diminue car le Messager d’Allah (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) dit : « Celui à qui Allah veut du bien, Il lui donnera la bonne compréhension de la religion. » (Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim d’après Mu’âwiyah qu’Allah l’agrée )        

Parmi les autres causes également : la propagation des choses répréhensibles. En effet, les gens ont différents comportements face au mal qui se répand :

Certains le voient mais ne le changent pas, cela ne leur fait même pas bouger un cheveu. Ceux-là sont désobéissants à Allah car il est obligatoire de changer le blâmable selon ses possibilités sans que cela ne conduise à un mal plus grand ou à préjudice pour les gens ou le pays.

La deuxième catégorie : ce sont ceux qui voient le répréhensible et exagèrent dans sa réprobation en commettant des choses qui ne font pas partie des voies, des procédés et des moyens permettant la bonne façon de changer le mal. Et celui-ci peut trouver des personnes le chargeant d’idéologies qui le poussent à exagérer sur cet aspect, ce qui le mènera au Takfîr et aux attentats.

La troisième catégorie : ce sont les gens de la Sunnah Ahl As-Sunnah Wal Jamâ’ah. Ils changent le mal et le condamnent selon leur possible, cela sans fitna, sans préjudice pour les gens et le pays. Leur réprobation du mal est miséricorde pour les gens comme le  Prophète (صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَ سَلَّم) a dit : « L’exemple de celui qui s’arrête devant les limites d’Allah et de celui qui les transgresse est comparable à celui de gens qui partagent un navire. Certains occupent le haut et les autres la partie inférieure du navire. Obligés de toujours passer par la partie supérieure pour apporter de l’eau, ceux de la partie inférieure se disent : « Pourquoi ne pas faire un trou dans notre part ? Nous ne causerons aucun préjudice à ceux d’en haut… » Si les occupants de  la partie supérieure les laissent faire à leur guise, tous périront ; mais s’ils les empêchent, ils seront tous sauvés, eux et ceux de la partie inférieure. » (Rapporté par Al-Bukhârî  d’après An-Nu’mân Ibn Bashîr qu’Allah l’agrée)

Et il fait partie des voies du salut d’ordonner le bien et d’interdire le blâmable sans commettre de répréhensible.  Allah (عَزَّ وَ جَلَّ) dit :  

وَلْتَكُنْ مِنْكُمْ أُمَّةٌ يَدْعُونَ إِلَى الْخَيْرِ وَيَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ وَأُولَئِكَ هُمُ الْمُفْلِحُونَ

« Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. » (Al ‘Imrân, v.104)

Et Allah (عَزَّ وَ جَلَّ) dit :

الَّذِينَ إِنْ مَكَّنَّاهُمْ فِي الْأَرْضِ أَقَامُوا الصَّلَاةَ وَآَتَوُا الزَّكَاةَ وَأَمَرُوا بِالْمَعْرُوفِ وَنَهَوْا عَنِ الْمُنْكَرِ وَلِلَّهِ عَاقِبَةُ الْأُمُورِ

« Ceux qui, si Nous leur donnons la puissance sur terre, accomplissent la Salat, acquittent la Zakat, ordonnent le convenable et interdisent le blâmable. Cependant, l’issue finale de toute chose appartient à Allah. » (Al-Hajj, v.41)

Et comme il a si bien été dit :

Celui qui change une chose répréhensible par ce qui est pire est comme celui qui lave le sang des menstrues avec l’urine mêlée de poussière

O mes frères, Allah (عَزَّ وَ جَلَّ) dit :

ادْعُ إِلَى سَبِيلِ رَبِّكَ بِالْحِكْمَةِ وَالْمَوْعِظَةِ الْحَسَنَةِ

« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. »(An-Nahl, v.125)

Et Allah (عَزَّ وَ جَلَّ) dit :

وَمَنْ أَحْسَنُ قَوْلًا مِمَّنْ دَعَا إِلَى اللَّهِ وَعَمِلَ صَالِحًا وَقَالَ إِنَّنِي مِنَ الْمُسْلِمِينَ

« Et qui profère plus belles paroles que celui qui appelle à Allah, fait de bonnes œuvres et dit : Je suis du nombre des Muslims ? » (Fussilat, v.33)

Et il n’y a aucune chose plus bénéfique pour les sociétés que la Da’wa des gens de la Sunnah Ahl As-Sunnah Wal Jamâ’ah, une Da’wa Salafiyyah pure et limpide. Cela fait partie des choses qu’il faut absolument savoir ! »

Source : « I’lâm An-Nakîr ‘Ala Ashâb Al-Inqilâb Wa-t-Tafjîr »La condamnation des adeptes des attentats et des soulèvements  – de Shaikh Yahya Al-Hajûrî – qu’Allah le préserve – p.31-36.

Traduit par : Samir Abû Bilâl Al-Jazâ-irî.

————————————————————————————————————————————-

Dammaj-fr.com

Laisser un commentaire