Pas encore de commentaires

Clarification concernant les accusations d’Abou ‘Abdillah Hassan bin Bouch3a’yb Zoubiri Al Maghribi à l’encontre de certains frères francophones du site dammaj-fr.com

بسم الله الرحمن الرحيم

{ وقل جاء الحق وزهق الباطل إن الباطل كان زهوقا}(الإسراء: 81)

Et dis la Vérité est venue et l’erreur a disparu

Clarification concernant les accusations d’Abou ‘Abdillah Hassan bin Bouch3ayb Zoubiri Al Maghribi à l’encontre de certains frères francophones du site dammaj-fr.com

الحمد لله والصلاة والسلام على رسوله وعلى آله وصحابته و من تبعهم بإحسان إلى يوم الدين.

Après s’être assis à deux reprises, avec une dizaine de frères francophones (parmi eux Hasan), auprès de l’éminent savant Abou Ibrahim Mohammed Mâni’[حفظه الله], afin de lui exposer le cas de notre frère Hassan [وفقه الله] et ses accusations portées sur certains frères francophones du site,accusations dans lesquelles Hassan, leur a reproché d’avoir mendier au nom de la da’wa, d’avoir en eux des signes de la hizbiyyah et de ne pas avoir partagé les dons équitablement.

Cheikh Mohammed Mâni’ [حفظه الله] a jugé en toute équité, qu’il n’y avait en aucun cas dans les arguments que Hassan a fourni, un moindre indice laissant apparaître, que les frères en question (Farid Abou Jouwayriyah/Abou Loqman Al kamrouni/Abou Taymiyyah Khalîl Al Martinikî) auraient mendié au nom de la da’wah, accusation à laquelle cheikh[حفظه الله] a jugé qu’elle était infondée et qu’il devait s’en repentir.

Tout comme Cheikh [حفظه الله]l’a réprimandé d’avoir discréditer certains de nos frères en les qualifiant d’avoir en eux des signes de la hizbiyyah, en lui réfutant:  » Discréditer tes frères n’est pas une parole  à prendre à la légère. Revient sur cette parole, nous sommes tous des salafis, clame ton repenti de cette difamation! » lui dit-il Cheikh !!!  » chose que Hassan [وفقه الله]a fit aussitôt.

Il fut évoqué à cheikh que Hassan avait propagé une affaire de plagiat quant au livre de notre frère Jibril sans pour autant s’être assuré de la véracité de ses dires, ce qui le rendit incapable d’affirmer ses preuves lorsque Cheikh les lui demanda. Hassan lui répondit que cette affaire à l’origine était entre untel et untel, Cheikh le reprit en lui disant: « Ne rentre pas alors dans ce qui ne te concerne pas ».

Quant au fait qu’il ait accusé certains frères de ne pas avoir partagé équitablement, Cheikh [حفظه الله] en a de même jugé que cette accusation était infondée, car les circonstances et le besoin des nécessiteux différencient d’un cas à l’autre et que l’équité dans le partage n’est pas forcement conditionnée.

Malgré cela, chaque frères francophones a reçu une part de ce partage et parmi eux Hasan.   

Cheikh [حفظه الله] a conclu dans ces deux assises, sur une feuille qu’il a dicté et cela avec l’approbation de Hassan.

Que Hassan était fautif, qu’il devait s’excuser auprès des frères qu’il a discrédité et de faire tawbah.

Tout comme il a jugé, qu’il n’y avait dans les arguments que Hassan a présenté, aucune preuve de ce qu’il prétendait, ni dans celle qu’il a fait part à Cheikh [حفظه الله] et ni dans ses autres arguments que Cheikh Mani’  [حفظه الله]n’a pas jugé utile d’examiner.

Cheikh  [حفظه الله]a dit:

 » Qu’à partir d’aujourd’hui cette affaire était résolue et qu’il n’acceptera pas d’entendre après cela, qu’un frère dénigre un autre, et si cela venait à se produire, il se chargera personnellement de l’expulser. »  

Nous aurions tant aimé que cet affaire ne fasse pas surface et bien même qu’elle n’eut d’existence, mais les circonstances nous ont  contraint à ce que la vérité apparaisse et que l’honneur des innocents soient préservées, car malheureusement cet affaire s’est propagée à droite et à gauche, dans le Yémen et en dehors du Yémen.

Et nous ne pouvons rétablir l’honneur qui a été sali ouvertement qu’en propageant ouvertement cet exposé, afin que les gens sachent, que nos frères sont innocents des accusations qui leur ont été injustement attribuées.

D’ailleurs l’islam incite à ce que les honneurs soient préservés et même si cela aboutit, à ce que les erreurs de certains soient dévoilées, car l’honneur du mouslim est plus grand auprès d’Allah.

Et le Prophète [صلى الله عليه وسلم] lorsqu’il eut craint que certains compagnons, en cette nuit tardive, où il fut en compagnie de son épouse Safiyyah, qu’ils pensent qu’il était en compagnie d’une étrangère, a préservé son honneur, en fermant les portes à de possibles soupçons qui pouvaient planer, en leur disant: « Rassurez c’est ma femme Safiyyah » (Boukhary n°2038)

Et lorsque le Prophète [صلى الله عليه وسلم]s’interrogea sur l’absence de Ka’b ibn Malik [رضي الله عنه] , lorsqu’il s’était absenté pendant la bataille de Taboûk et qu’il lui fut dit:

 » Ô, messager son orgueil est la cause de son absence « 

En entendant cela Mu’adh ibn Jabal [رضي الله عنه]  préserva l’honneur de son frère en réfutant cette accusation:

  » Bien mauvaise est la parole que tu viens de dire, ô messager d’Allah sache que nous ne connaissons que tu bien de Ka’b  » (rapporté par Boukhary/Mouslim)

Ces hadiths et autre nous montre bien, le haut rang de l’honneur dans l’islam et l’importance qu’il soit préservé et rétabli après avoir être salit, car son statut est bien plus grand et sacré auprès d’Allah que l’honorable Ka’bah, la qiblah des mouslims.

 Et selon ibn ‘Abâss  [رضي الله عنهما]Qui lorsqu’il observa la ka’bah se mit à dire:

« Comme bien est grand ton honneur et ton droit, mais l’honneur du muslim est bien plus sacré auprès d’Allah que ton honneur, Allah a préservé leurs biens, leurs sangs et leurs honneurs et qu’on pense du mal d’eux.« (Ibnou Abi Chaybah n°27754)

Et d’ailleurs nous  remercions  Cheikh Mohammed Mani’[حفظه الله]de nous avoir donné l’autorisation de publier ouvertement le résumé de ces assises, tout comme nous le remercions de nous avoir donné de son temps et de l’équité qu’il a fait part dans son jugement.

Ces assises se sont déroulées en la présence de:


Mounir ibn Ahmed Al Maghribi / Mohammed Rifi Al Maghribi / ‘Abd Al Azîz Al Maghribi / Hichâm At Toûnisî / Nizâr At Toûnisî / Farid Abou Jouwayriyah / Sami Abou Qays / Abou Loqmân Al Kamroûnî / Abou Taymiyyah Al Martinikî / Abou Yousouf ‘Abd Allah Al Âjî / Abou ‘Abdillah Jibrîl Az Zâirî / Bilal Al Fransî


Dont tous témoignent de la véracité des propos tenus dans cet exposé.

Sanaa, le 11 juillet 2014

Rédigé par Abou Yousouf

‘Abd Allah Al Â’jî

dammaj-fr.com

سبحانك  الله و بحمدك لا إله إلا أنت أستغفرك وأتوب إليك

Publier un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.