Archives par catégorie: Commerces/ transactions

catégorie comprenant les articles relatifs au commerce

Payer pour une réparation non accomplie (Ch. Ibn Hizâm)

بسم الله الرحمن الرحيم Cheikh Mohammad Ibn hizam fut questionné : Un questionneur dit qu’un de ses appareils est tombé en panne et qu’il s’est rendu chez un réparateur pour le remettre en état. Ce dernier le démonta puis le remonta sans avoir pu le réparer. Il répondit : Il ne mérite pas d’être rémunéré […]

Consommer l’argent harâm du père (Ch. Ibn Hizam)

بسم الله الرحمن الرحيم Question : Un homme est employé dans une banque à transactions usuraires et il a un grand fils ayant atteint l’âge de seize ans pour qui il dépense de son salaire gagné de cette banque. Réponse de Cheikh Muhammad ibn Hizâm : Si l’enfant a atteint cet âge et qu’il est […]

Travailler au service des mécréants (Ch. Ibn Hizâm)

رحمه الله Cheikh Muhammad ibn Hizâm حفظه الله a été questionné : Qu’en est-il de travailler dans un restaurant et d’y servir les non mouslims ? Et si c’est permis, quel est le verdict d’être à leur service durant le mois de Ramadân et de leur servir à manger ? Il a répondu : Résider […]

Vendre à quelqu’un qui a pris un crédit usuraire? (s. Ibn Hizam)

Un frère en russie veut vendre sa maison pour partir étudier en terre d’Islam. Mais l’acheteur prendra un crédit à la banque pour l’acheter et lui donner cet argent. Quel est donc le jugement ? Shaykh Muhammad Ibn Hizam : Cet acheteur est mécréant et c’est lui qui prend cet usure et le fait de lui vendre […]

Vendre des livres de maison d’édition au manhaj douteux (Ch. Fath al Qadasy)

Question : On demanda au cheikh les normes légiférées quant aux limites des relations commerciales que doivent entretenir les teneurs de librairie salafis avec des maisons d’éditions douteuses dans leur manhaj et publiant ou traduisant des livres de la sounnah et de certains individus déviants. Réponse : Il répondit que la quasi-totalité des maisons d’éditions […]

Travailler au noir pour toucher les aides sociales (Ch. Al Albâny)

Travailler au noir pour toucher les aides sociales Cheikh Al Albâny L’imam al Albâny fut interrogé : Question : Un homme touche des aides financières provenant d’un état mécréant pour cause de chômage. Mais cette aide cesserait d’être versée s’il venait à trouver un emploi. Cependant cet homme s’est mis à travailler au noir sans […]

Quel est le jugement sur la vente de chien de garde ? (IFTA)

Question: Quel est le jugement sur la vente de chien de garde d’une race spécifique? Le comité permanent de l’IFTA a répondu: « Il est interdit de vendre des chiens, comme il est interdit de consommer son prix , que ce soit un chien de garde, de chasse ou autres, comme cela a été rapporté par Abou […]

Payer les amendes, impôts et autre avec l’argent du ribâ (Ch Yahya)

بسم الله الرحمن الرحيم

 

La question:

 

Notre sheikh, comme vous le savez en France ils ont adopté une loi interdisant à la femme muslimah de se couvrir le visage dans les lieux publics. Et si elle refuse d’obtempérer, elle paiera une amende. Ils l’a contraignent à cela. Et si elle ne paie pas, elle peut-être passible d’une peine de prison.

Lui est-elle permis dans cette situation de payer l’amende avec de l’argent provenant du ribâ?

La réponse du sheikh حفظه الله :

Les conditions pour traduire (Ch Abou ‘Amr)

بسم الله الرحمن الرحيم

La question :

 

Certains livres scientifiques écrits par des savants de le sunnah ont été traduits en une autre langue que l’arabe par des maisons d’éditions connues. Le nom du traducteur y est cité, cependant sa situation reste méconnue. Est-il conditionné qu’il soit un salafi connu pour le lire ou pour la traduction, ou rapporter ses traductions dans les sites (ou forum) ? Quelles sont les normes à respecter afin de profiter de lui ?

 

La réponse :

Tricher avec les assurances ou les impôts (Ch. Muqbil)

بسم الله الرحمن الرحيم Quel est le jugement des assurances vie et le fait d’y tricher pour soutirer l’argent des kuffar ? Réponse : Les assurances vie ne sont pas permises, car les ennemis de l’islam profitent de l’argent dans leurs intérêts en les plaçant dans les banques à ribâ. Ils gagnent beaucoup d’argent. Ô […]