Pas encore de commentaires

Acquérir la science par l’intermédiaire des livres exclusivement (Ch.Ibn Bâz)

Bismillah

Question :

Nous entendons souvent auprès des étudiants en science l’expression suivante : « Celui dont le cheikh est un livre s’égarera/s’écartera du vrai » Cette expression est-elle juste ?

Réponse :

Cheikh Ibn Bâz رحمه الله a répondu :

« L’expression juste et répandue à ce sujet est : « Celui dont le cheikh est un livre commettra plus d’erreurs qu’autre chose. » C’est l’expression juste.

En effet, celui qui n’a pas étudié auprès des gens de science, n’ayant pas pris la science d’eux et ignorant les voies qu’ils ont emprunté dans leurs études, commettra assurément de nombreuses erreurs et ne saura distinguer le vrai du faux, car il ignore les preuves religieuses et les circonstances qu’observent les savants pour cela dans leurs investigations.

Quant à prétendre que ses erreurs seront beaucoup plus nombreuses, comme il est dit dans l’expression, cela reste à débattre… Mais ce qui est sûr, c’est qu’il fera beaucoup d’erreurs, étant donné qu’il n’a pas étudié auprès des gens de science, ni profité d’eux et des voies qu’ils ont emprunté dans la science.

Ajoutez à cela que ces genres de personnes n’ont aucune connaissance leur permettant de faire la différence entre les originaux des livres et les publiés. Car une erreur peut s’introduire dans un livre (sans qu’elle ne soit voulue) sans qu’il sache qu’elle n’en faisait pas partie à l’origine, n’ayant avec lui aucun outil lui permettant de discerner les choses, il pensera que cette erreur est juste, et par conséquent, il jugera par manque de clairvoyance licite ce qui ne l’est pas et vice versa.

Citons un exemple pour en argumenter cela. Nous pouvons trouver écrit dans un livre « ceci n’est licite… » alors qu’en vérité le « n » apostrophe de la phrase « ceci n’est licite… » n’est qu’un simple rajout involontaire et ne fait pas partie du livre, entre autres exemples de ce type… ce genre de subtilités peut l’amener à confondre les choses, dû à son manque de clairvoyance. [Fatâwa Ibn Bâz 7/243]

Djibouti, le 09 Chawwâl 1436 – 25/07/2015

Traduit par Abou Yousouf ‘Abd Allah Al ‘Âjî

dammaj-fr.com

Publier un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.